Carnet de voyage gustatif d’un Papounet en Chine

Etant petits, nos livres nous enseignaient que la Chine rattrape son retard sur l’occident…

Seul problème dans tout ça … c’est que sur certains points … non seulement ils n’en ont pas mais en plus ils sont en avance.

Tous les restaurants, bus, taxis, hôtels (etc.) sont équipés de wifi publics et de climatisations. En bref, ils se sont adaptés à leur environnement d’une façon incroyable et avec une rapidité à faire pâlir nos démocraties européennes ronflantes.

Les paiements, les déplacements, tout se fait grâce à des applications sur téléphone. On peut y louer une sorte de vélib dans toutes les villes, il y a plus de 10 lignes de métro dans toutes les grandes villes chinoises, incroyables de modernité technique et technologique.

Cela se note simplement en allant au restaurant.

Je m’explique.


Tous les produits sont frais ! Incroyable me direz-vous mais en fait pas tant ! Ils n’ont simplement pas de frigo dans les restos. Tout est cuisiné à la minute. J’en connais certains qui devraient aller y faire un tour.

En ce qui concerne les Papounets, c’est à dire le service et la nourriture, voici les enseignements chinois.

Ce qui se mange et se boit :

  • Le ketchup n’est pas une invention américaine mais chinoise.
  • C’est la patrie des pâtes, tant pis pour les italiens.
  • C’est la patrie du thé, tant pis pour les anglais.
  • Les cuissons vapeurs sont incroyables.
  • La cuisson de leurs légumes est parfaite.
  • Ils préparent leurs pâtes à bouchées vapeur journalièrement.
  • Le sucré salé c’est eux … aussi
  • Le vin, ils s’y mettent doucement mais ce n’est pas encore ça.
  • Attentions aux épices, ils adorent ça ! Peut-être trop.
  • Le café, c’est la grande inconnue pour eux !
  • Ne parlons pas des desserts, le sucre hormis pour les plats caramélisés, clairement, ils ne savent pas l’utiliser.

Petit aparté, nos amis chinois ne vendent des couteaux scie qu’aux professionnels, c’est la raison pour laquelle tous les aliments sont déjà pré-coupés et le pourquoi du comment des baguettes.

Ceux qui nous font le service :

  • Là, clairement, de mon point de vue, il y a de gros progrès à faire. Le sourire et l’amabilité c’est en option …
  • Les plats arrivent au compte-goutte, comme un service à l’anglaise.
  • Les toilettes sont souvent publiques et à la turque. Pas évident tous les jours !
  • Le menu est souvent sur tablettes, traduisible dans toutes les langues, sur chacune des tablettes se trouve une application qui traduit instantanément tout ce qu’on lui demande dans la langue voulue… Niveau communication avec les étrangers, difficile de faire mieux.

En bref, la nourriture est globalement fantastique dans les restaurants mais le service n’est pas au niveau.

Concernant les fournisseurs… eh bien ça n’existe pas. Chaque ville possède sa rue au poisson, à la viande, aux produits séchés, aux épices, aux légumes, aux oiseaux (oui oui !), aux pâtes etc.

  • Le poisson est vendu vivant dans un sac plastique rempli d’eau (parfois sale). Si le client le désire découpé, un homme torse nu s’en occupe. Sans se laver les mains bien sûr !

  • La viande est présentée à l’air libre … sans commentaire.

  • Les odeurs des épiceries sèches de Hong Kong à 8h du matin. Peu recommandable.

Alors ils tentent bien d’éduquer la population aux normes d’hygiène mais bon, ce n’est pas gagné.

Petit conseil malgré tout, ayez l’estomac bien accroché car les méthodes de conservation, ils ne savent pas ce que c’est … raison pour laquelle toutes les viandes et poissons sont systématiquement bien-cuits ou frits.

Pour conclure, la Chine des gastronomes existe bel et bien, d’une diversité et d’une finesse particulièrement délicieuse. Néanmoins, les ballades hors des restaurants nous enseignent la prudence aux vues des méthode de conservation qui ne suivent pas ou peu l’élévation technologique du pays.

Le danger vient de l’est, nous ferions bien de nous mettre au niveau. Et vite !

Papounet